police et éducation

Si les poètes ne s’occupent pas de la Cité, qui le fera ? Les politiciens, comme leur nom l’indique ? Hum, ils prouvent à chaque instant, pour la plupart, leur incompétence et leur manque de sens civique.
Récemment, à l’inauguration liégeoise d’un immeuble de la RTBF, un homme – invité officiellement – se fait embarquer par la police. Comment pourrait-il avoir une invitation non falsifiée, lui qui est né au Liban, d’origine syrienne, arabe donc suspect. Il n’avait d’ailleurs pas de costard.
Les poètes s’indignent.
Là-dessus ,la vox populi si stupide crie que pourtant il faut augmenter les effectifs policiers, quadriller nos villes… Refrain déjà entendu si souvent.
C’est vrai que sous ma fenêtre, les incivilités (mot à la mode) se multiplient, notamment de la part de jeunes à la peau bronzée. Et voilà, c’est parti. Jeunes, bronzés, donc voyous.
Victor Hugo l’avait pourtant compris il y a bien longtemps : ouvrir des écoles, c’est fermer des prisons. Ce n’est pas de flics supplémentaires donc qu’on a besoin, mais d’instituteurs, de classes moins peuplées, d’éducateurs mieux payés. Tous ceux qui pourraient remplacer des parents de moins en moins présents, de plus en plus inattentifs à l’éducation des petits d’hommes.
Mais un policier bien dressé est plus utile aux politiciens qu’un instit (peut-être un brin anarchiste, allez savoir).
On en reparle, chers lecteurs ?

Publicités
Publié dans Articles. 2 Comments »

politique simple

Mes amis étrangers ont souvent du mal à comprendre les problèmes politiques de la Belgique.
Ils sont simples, pourtant : comment un gouvernement pourrait-il être mis sérieusement sur les rails avec des gens qui persistent à écrire trein au lieu de train ?

retrouver Florence

Retrouver Florence. Retrouver une maîtresse si longtemps aimée puis délaissée. Tu lui avais tout sacrifié, Claudio, t’en souviens-tu ? Elle t’avait fait retrouver des amis d’autrefois, des gens qui rôdaient autour des Médicis, des terribles. A San Marco, tu avais revécu confusément des jours brûlants et tu avais su, dans la cellule de Savonarole, qu’un terrible secret vous liait. As-tu jamais su lequel ?
Des hauteurs de San Domenico, tu regardais celle qui était ta ville et tu l’aimais rouge et souveraine sous le soleil de midi, poudrée comme ta grand-mère et mystérieuse quand le soleil s’attardait sur Fiesole. Un jour, comme un pape, atterri à la sauvette entre deux trains à Santa Maria Novella, tu t’étais baissé vers le béton des quais pour un baiser que tu voulais passionné. Et puis. Et puis les amours disparaissent tout aussi étrangement qu’elles sont venues. Tu n’avais plus que Venise à la bouche et au coeur. C’était elle, la terre promise, éclatante au milieu des eaux.
Mais voici que le printemps t’a ramené en Toscane et tu as su que rien n’était fini. Elle attendait, plus belle que jamais. Quelques rides d’oliviers l’avaient rendue plus désirable encore que jadis. Tu n’as rien dit. Tu aurais pu pleurer.
Il te faudra dire à la Sérénissime qu’elle n’est plus qu’une autre aimée. Bien fait pour toi : quand on est sérieux, on ne tombe pas amoureux.

Publié dans Articles. 2 Comments »

Atomes…

Me voilà tout transformé car mon pharmacien vient de m’apprendre une bonne nouvelle : en cas d’incident nucléaire – mais cela peut-il arriver? – je ne risque absolument rien ! Je n’habite pas dans une zone à risques ! Je n’ai par conséquent pas droit aux comprimés d’iode. Ouf ! Évidemment, j’ai une pensée émue pour ceux qui habitent au bas de ma rue (rue Walthère Jamar, à Ans, pour ceux que cela intéresse). Eux, ils sont en danger ! Bien sûr, il leur suffirait de faire quelques mètres dans la célèbre côte d’Ans pour échapper aux radiations, mais en auront-ils le réflexe ou le courage (ça monte vraiment) ?

Moi, je ris de tous les alarmistes qui crient au danger. Ils ont tout prévu, nos gouvernants. Ils savent, eux, que les atomes n’ont pas tous les droits. De plus, comme je suis gaumais et pas liégeois, je ne risque doublement rien.

Mais cette histoire authentique est-elle vraiment une histoire drôle ?

Publié dans Articles. 3 Comments »

exécution très capitale

Le bourreau ce matin-là était retenu par une toux tenace. Je savais mieux que quiconque qu’était pourtant venue l’heure douce de mon exécution. Je suppliai qu’on trouve in extremis un remplaçant. Hélas, me dit-on, le remplaçant est en congé. J’insistai : Il faut m’exécuter ! S’il vous plaît !

Le juge commis d’office fut très aimable : « Écoutez, cher poète, exécutez-vous vous-même, nous gagnerons du temps et de l’argent. »

Il avait raison. Je m’exécutai donc.

Cette décision tout de suite me fit mal. Et puis cette hésitation entre la corde et la serpe me blessait cruellement l’amour-propre. Je le dis. Ma voix cependant fredonnait l’au revoir à la terre.

Mais j’avais mal. Alors, le juge (un homme bon et débonnaire) me dit à l’oreille : « Qu’importent vos souffrances puisque vous chantez. »

Toujours le même refrain, me dis-je in petto. Toute ma vie.

Publié dans Articles. 2 Comments »

fable numéro 1

La petite poule n’avait jamais été un modèle d’exactitude. Elle était très douée pour prendre son temps, comme elle disait. « Il est à moi, le temps : j’en fais ce que je veux. » Elle devait s’en mordre les pattes, comme on va le voir. Un matin de mars que le ciel hésitait entre giboulée et soleillade, la petite poule se souvint qu’elle avait rendez-vous avec le coq du bas de la rue. Chemin faisant, elle huma avec passion les premières violettes, s’attarda à regarder les chatons d’un saule adolescent et écouta longtemps, bec en l’air, les demi-pauses de précoces hirondelles. Arriva ce qui devait arriver : le coq fulminait d’impatience, la crête rigide de gel. Or ce coq dyslalique confondait sans vergogne les t et les n.
– Tu es en renard, dit-il, oui, très en renard.
Et celui-ci dévora la petite poule sous l’oeil ébahi de son amant.

chanson pour un renard

tant qu’un brave ami me supporte
moi que l’on trouve insupportable
tant qu’il frappe un soir à ma porte
pour me donner place à sa table


tant que là-bas une gamine
saute à la corde en souriant
et sans se soucier de ma mine
me chante un air qui rit au vent

tant que j’accroche quelques noms
rares comme des marguerites
à mes instants et que je quitte
ce cafard aux yeux de démon

je suis le renard solitaire
ami d’autres renards tout seuls
qui ont des fourrures de frères
et me font au coeur des clins d’oeil

je suis le prince d’un royaume
de ruisseaux bleus et de torrents
et quand je m’écorche les paumes
c’est pour applaudir le printemps

alors oui je deviens très fort
presque comme un loup en hiver
alors oui quand le vent me mord
c’est doux comme un vers de Prévert

j’amasse des songes en pagaille
pour offrir aux autres renards
qui comme moi vont vaille que vaille
mais sont de merveilleux bavards

seul comme un renard en Irlande
j’apprivoise les lacs, les joncs
et ma soif de vivre est si grande
qu’on me prend pour un doux dragon

Publié dans Articles. 4 Comments »
%d blogueurs aiment cette page :