patates

Dans la cour d’une école ansoise, ce matin. Je glisse sur une pomme de terre. Grâce à ma souplesse légendaire, je garde mon équilibre.
La suite, c’est moi qui l’imagine :
Un éducateur s’approche.
– Tout va bien, monsieur ?
– Oui, oui, mis tout de même : j’aurais pu me tuer ! Ce n’est pas sérieux.
L’éducateur rougit.
– Ne vous en faites pas, nous saurons qui a fait ça. Nous mettrons la main sur le responsable et il deviendra coupable.
Je réponds :
– Mais je le connais, le responsable : c’est Parmentier.
– Parmentier ? Vous êtes sûr ?
Alors, l’éducateur commence son enquête. Aucun prof rencontré ne connaît Parmentier. Au secrétariat, on n’en trouve non plus aucune trace.
En quittant l’école, je croise de nouveau l’éducateur :
– On n’a pas encore retrouvé Parmentier. Mais cela ne saurait tarder. Il ne perd rien pour attendre !

Advertisements
Publié dans Non classé. Leave a Comment »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :