madeleines et lilas

Raphaël, un de mes jeunes lecteurs, m’écrit pour me demander quelle est ma madeleine à moi. (Ils ont parlé en classe de la madeleine de Proust.) De prime abord, me voilà bien embarrassé. Et puis… Et puis j’ai réfléchi. Gourmand comme je suis, ce devrait être un plat quelconque (non, pas quelconque). Mais je ne vois pas lequel me rappellerait quoi que ce soit de mon passé. Une mélodie ? Une plante ? Mais oui, le lilas. Chaque printemps, au mois de mai, quand j’ai encore la chance de croiser un lilas sur mon chemin, tout ressurgit. Mon enfance à Vieux-Virton, ma grand-mère. Mes années d’adolescence, quand j’allais en cueillir de copieuses grappes sur les branches qui sautaient au-dessus de la grille du Collège Saint-Joseph. Le bureau de mon amie Anne-Marie, avec qui je parlais poésie, quand j’avais seize ans. Et me voilà de nouveau sur les routes du bonheur.

Les lilas me semblent moins parfumés qu’autrefois. L’âge gomme-t-il doucement les saveurs et les senteurs ?

Publicités
Publié dans Non classé. Leave a Comment »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :