Kadaré

J’ai deux bonnes raisons de penser qu’il faut vivre vieux : que l’on est si peu instruit avant de mourir et que l’éducation se sert de moyens que l’on ne soupçonnait pas. Comment ai-je pu vivre jusqu’ici sans connaître ce grand écrivain qu’est l’Albanais Ismail Kadaré, dont je lis les livres avec tant de bonheur ? Et comment aurais-je pu penser que ce serait dans mon restaurant vénitien favori, la taverna San Trovaso, qu’un autre Albanais, mon ami Agron, m’en parlerait et me le recommanderait ? Il me reste, après avoir dit merci à Agron, à transmettre le lien à mes rares lecteurs : lisez donc Kadaré, vite, cela en vaut la peine !

Publicités
Publié dans Non classé. Leave a Comment »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :