temps perdu

Malgré ce que disent mes ennemis, je suis arrivé à un âge où l’on n’a plus de temps à perdre. Je vais donc me méfier des livres à succès et ne plus guère lire que les classique. J’avais emporté un peu de lecture pour meubler mes heures creuses à Avignon.La vérité sur l’affaire Harry Quebert : tous ceux qui l’avaient lu m’en avaient dit le plus grand bien. Cela m’a ennuyé à mourir. Et quel style ! Ou plutôt : et quel manque de style ! Quelque chose comme une mauvaise traduction de l’américain. Je croyais m’ennuyer moins avec Inferno. Quelle barbe ! Quelles ficelles mal ficelées ! Désespéré, je me suis jeté sur un livre déjà lu plusieurs fois jadis : Le journal d’un enfant. Quel bonheur ! Je me pose une question : pourquoi Loti est-il si peu lu alors que les deux navets précités se vendent si bien ? Je n’ai pas encore trouvé la réponse.

Publicités
Publié dans Non classé. 2 Comments »

2 Réponses to “temps perdu”

  1. Christine Gilson Says:

    Courage Claude, il y a une réponse à tout! Je vous souhaite un excellent week end.

  2. Daniel Paradis Says:

    Bonjour Claude,
    Tu as des ennemis, toi ? Ils ne savent plus que faire de leur temps, alors. Ah oui, tu as avoué être râleur. Bof ! Ça met de la couleur dans la vie. Si Louis de Funès avait été d’un calme olympien et soucieux de plaire à tout un chacun, il aurait été vite oublié.
    Je ne peux pas comparer ces trois bouquins que je n’ai pas lus, mais je sais que tout le monde en général se demande pourquoi certains livres moins bons se vendent bien tandis que d’autres de meilleure qualité restent sur les tablettes. Les critiques ont quelque chose à y voir, mais ce ne sont pas eux qui font les succès de librairie. C’est peut-être la diffusion qui fait la différence, surtout s’il y a une grosse machine derrière.
    Quand je lis les biographies de cinéastes sur le Web, je vois souvent que tel film a eu un succès critique mais pas forcément au box office, ou le contraire. Aussi, les livres qui s’adressent aux instincts primaires (le cul, la violence ou le besoin de s’en prendre à quelqu’un ou à une institution) ont l’air de marcher auprès d’un certain public, mais ne passeront pas à l’histoire. Peut-être aussi faut-il tomber sur les bonnes personnes au bon moment.
    J’ai l’impression de faire défiler ici des lieux communs et de chercher à contrôler des circonstances difficiles à transformer en recette. Si un lecteur de ce blog connaît le secret, je suis à l’écoute.
    Au plaisir de te lire de nouveau, mon cher Claude !

    Daniel Paradis


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :