carnet

Parfois, le soir, le capitaine notait dans son carnet des choses très importantes. En fait, des choses qu’il croyait que ça devait lui survivre.
C’était un grand gros naïf, le capitaine. Il croyait qu’on survit. On meurt parfois, si on résiste. Mais on ne survit jamais.
Faut rien noter, ça sert à rien.
Faut aimer les crevettes quand elles sont là. Faut délacer ses godasses quand on a mal aux pieds. Faut marcher dans les flaques quand il y a de l’eau.
Et toujours croire aux crevettes. Et toujours bien faire ses lacets. Et attendre qu’il pleuve – il pleut toujours – pour marcher dans les flaques.
Capitaine, oh, capitaine, tu t’inventes des problèmes ou quoi ?

Publicités
Publié dans Non classé. 1 Comment »

Une Réponse to “carnet”

  1. machinn Says:

    Est-il besoin de s’en inventer?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :